Chronique d’un voyage kamikaze (2)

Dans les #Mapanes, il se raconte  un tas d’histoire sur le phénomène Boko haram dans la région de l’Extrême-nord du Cameroun. Nous avons pensé aller vivre ça en direct. Enquêter sur le phénomène. Sauf que l’aventure s’est déroulée autrement. Bienvenu dans le #Toli du mapaneur.

Ce n’est pas une prouesse. Mais pour une fois, je me sens comme eux. Peut-être que je suis même un des leurs. Sans le savoir. Eux, ce sont ses africains qui bravent les intempéries et les forces de la mer pour rejoindre l’Europe via l’Espagne. Comme eux, j’ai passé près de cinq jours à la belle étoile. Comme eux, j’ai porté le même vêtement plusieurs jours, sous la pluie comme sous le soleil. Comme eux, j’ai mangé ce que je trouvais sur mon chemin. J’ai cherché même le tapioca que je reniais l’année dernière au Nigeria sans voir. Comme eux, j’ai été recueilli dans la maison d’un bon samaritain. Il se nomme Haliyou. Je le relevais déjà dans ce billet.

Dormir comme un « nanga-boko »

Monsieur Haliyou m’a recueilli pour une nuit dans sa maison. Je ne pouvais pas demander plus. Même dans ces quatre murs de son domicile, le froid ne reconnaît pas ses anciens clients. En menant récemment une enquête sur ces refugiés centrafricains qui dorment à la belle étoile à Douala (elle sera publiée cette semaine à coup sûr), je m’étais toujours demandé comment ils procédaient. J’en ai eu la réponse dans ce coin perdu de la région de l’Adamaoua. Dans la posture du « vieux Tchakarias » dans l’œuvre « Les Bimanes », je peux enfin allonger mes vieux os qui craquettent sur ce tapis fin en guise de matelas. La dame de la maison me prête un foulard que je noue autour de la tête, une échappe que je noue autour du cou et une paire de chaussette que j’enfile aux pieds. Jusque là, on entend toujours les « kêp, kêp, kêp » au salon. Le froid fait son travail et je paie les frais. La souffrance s’est ainsi pérennisée jusqu’aux premières lueurs ensoleillées de la matinée suivante.

Un-deux. Lentement comme Foning. J’avance. Subitement, je sens une douleur tout au long de ma cuisse arrière et de mon mollet droit. Je force la marche. La douleur est persistance. Wèèèh, voila la maladie des pros qui vient aussi m’attrape dans la brousse et non dans un stade de football. Que faire sans médecin spécialiste à côté ? Je ligature ma cuisse supérieure avec une corde. Obligé de ralentir mon rythme de marche et sautiller. C’est alors que je découvre dans un buisson près du chemin, un fou bien installé. Son accoutrement et son aspect physique font foi. Son sac « Aide-moi à divorcer » ou mieux « Ghana must go » selon certain est posé près de lui. Il contient, à en juger par sa forme et son fruit par moment, des brindilles de bois, des papiers plastiques, des bouteilles en matière plastique et bien d’autres effets. Une forte odeur de « Banga » ou « Tchap » assaisonne l’air. Je la reconnais pour avoir mené une enquête sur ses vendeurs à Douala (Lire l’enquête ici) et assisté à des événements culturels de raggae où c’était l’élément de communion. Mais un fou, comment est-ce possible ?

Pendant que j’intériorise mon questionnement et cogite sur la méthode à disparaître comme dans les dessins animés, le gars se redresse dans son temple. Sans mot dire, il me propose un « club » allumé. Tchiéééé !! Je ne suis pas un fumeur. Face à un gars comme ça en pleine broussaille, quelle décision prendras-tu si tu étais à ma place ? T’associer à lui ou refuser gentiment son offre en prenant la poudre d’escampette ? N’oubliez pas au passage que j’ai une douleur intense dans la partie arrière de ma cuisse droite. Pendant que vous réfléchissez, je vous donne rendez-vous demain pour la suite.

Frank William BATCHOU

A Ngaoundéré

Chronique d’un voyage kamikaze (3) ici

Frank William Batchou

Jeune camerounais dynamique et travailleur. Homme à plusieurs casquettes : Journaliste, Blogueur, Social media, manager de l’artiste PAPY ANZA et co-founder de F Square Corporation

13 pensées sur “Chronique d’un voyage kamikaze (2)

  • 27 août 2014 à 11 h 45 min
    Permalink

    jai lu la suite ki donne naissance a une autre suite lol

    Répondre
  • 27 août 2014 à 11 h 46 min
    Permalink

    Il y a tellement de choses que j’ai vu sur la route qu’il serait impossible de raconter ça une seule fois

    Répondre
  • 27 août 2014 à 12 h 18 min
    Permalink

    Reste, ne fume pas, c’est pas la peine. ta part de joie t’arrivera de ses bouffées de fumée.

    Répondre
  • 27 août 2014 à 12 h 18 min
    Permalink

    Très amusant Bitjomè Bi Man Mbai. Et si un gars à la machette aiguisée dans les deux sens à côté de toi, tu fais comment ?

    Répondre
  • 27 août 2014 à 20 h 12 min
    Permalink

    Je salue ton courage grand frère je ne suis pas encore à ce niveau là

    Répondre
  • 27 août 2014 à 20 h 12 min
    Permalink

    Merci ma grande Nora Ingrid. ça viendra, je parlais ainsi il y a quelques années jusqu’au jour ou j’ai décidé de prendre mon courage à deux mains

    Répondre
  • 27 août 2014 à 20 h 14 min
    Permalink

    Félicitations pour ce boulot.

    Répondre
  • 27 août 2014 à 20 h 15 min
    Permalink

    Merci grand-frère Marcous Mandeki Mboumbang II

    Répondre
  • 27 août 2014 à 20 h 16 min
    Permalink

    cool la route sera longue dans c cas !!!!

    Répondre
  • Ping : Chronique d’un voyage kamikaze (3) | Le toli des mapanes

  • Ping : Chronique d’un voyage kamikaze (1) | Le toli des mapanes

  • 14 avril 2017 à 18 h 59 min
    Permalink

    Whats Taking place i’m new to this, I stumbled upon this I have discovered It positively useful and it has aided me out loads. I hope to contribute & aid other users like its helped me. Good job.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *