Chronique d’une semaine dans une maternité (3)

Entre cette avare de femme et cette jeune femme enceinte que j’ai vu mourir, le vigile de cette soirée n’a pas été épargné. La paire de gifle qu’il a reçu quelques minutes plus-tôt a créé un tohu-bohu dans le pavillon. Voici comment, les choses se règlent dans les mapanes.

 

 

 

 

 

 

On ne se connaissait pas. Mais, la douleur était plus forte que moi. Les larmes dégoulinaient sans arrêt sur mes joues. Après le décès de cette jeune dame au bloc d’accouchement. Tout ça à cause de l’égoïsme très poussé de sa mère (Lire le texte ici). Sans aucun remords, elle a sorti une liasse de billets de banque de son sac afin qu’on mette provisoirement le cadavre à la morgue. De peur de lui passer un savon verbal, je suis retourné, à pas lourd, dans la chambre de mon malade. Toujours dans ce pavillon maternité. Dans la salle B 5-4. Dans cette chambre privée, je peux dire que celle-ci était à l’abri des voleuses de bébés et des cris des femmes en travail. Ma poto Chouchou Mpacko (@chouchouazonto), sur Twitter, l’a rapidement rebaptisé ça le #BabyBoom (Lire le texte ici).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je suis assis sur un tabouret. Ma tête posée sur le matelas du lit principal de la pièce. Le second est bel et bien celui du bébé. Dans cette tête s’enchainent les scènes vécues jusqu’ici dans ce centre hospitalier. Subitement, mon angoisse cède place à un éclat de rire, sans pareil. Mon malade est surprise. Je la rassure, ce n’est pas un début de démence. Mais cette histoire, digne des feuilletons brésiliens qu’on nous sert à la télévision chaque soir, entre le vigile et une visiteuse quelques heures plus-tôt. On aurait cru à une soirée de mauvaise passe entre « Marimar et Sergeo ». Juste un flash-back et un salut bien bas à ses dames qui laissaient leur marmite et maison brûlées à cause de cette série.

Nous sommes le 5 mars 2014. Il est 18h10. C’est officiellement l’heure des visites. Au portail qui mène au couloir principal de ce pavillon, l’entrée est filtrée par le vigile en faction. Il n’admet pas plus de deux visiteurs, en plus du garde-malade, dans une salle. C’est la consigne, dit-il. Les minutes s’égrainent. Dans la populace bloquée au portail, une dame, drapée dans son pagne et tenant un panier en main, rougit de colère. Cela fait près de deux heures comme elle est arrivée. Les propos qu’elle adresse au vigile ne sont guère des louanges.

–         Apprenez à bien faire votre travail, hein. Ça fait près de 2h que je suis placée ici et tu refuses que j’entre, dit-elle.

–         Madame, vous allez encore attendre. On ne gronde pas ici. Il faut aller faire ça à votre mari, rétorque le vigile.

–         Tu es qui pour me parler ainsi ? Un pauvre et petit vigile comme ça. Tu dois me laisser entrer parce que mon malade est seul et elle n’a pas mangé depuis le matin.

–         C’est ton problème si elle n’a pas mangé. Toi qui es riche, tu faisais quoi alors depuis le matin pour qu’elle reste affamée ? C’est toi la pauvre, pas moi.

–         Si tu laisses encore quelqu’un entrer ici, j’entre aussi. C’est même quoi ça ? C’est ce qu’on vous apprend ici ? Où va le Cameroun ?

–         Tu entreras ici la dernière, dit-il en laissant une autre visiteuse entrer.

La dame, sans hésiter, bondit sur le portail. Repoussée par le vigile, elle lui assène une paire de gifle. Bien appliquée. On dirait la taloche du Professeur Occultis au petit Roddy dans la bande dessinée « Bleck le roc » ou de Rasmus à Yéyé dans « Zembla ». Dans la foulée, les témoins de la scène, plus baraqués, lui ont interdit de riposter. En plus, il devait aller accompagner la dame avec son panier de nourriture. De peur d’écoper une sérieuse bastonnade, il a obtempéré. Tel un chien bien dressé par son maître. Celui qui s’estimait être le Goliath venait ainsi de tomber (comme dans la Bible) face à (la petite) David. Une humiliation. Puisque jusqu’à mon départ de l’Hôpital central de Yaoundé le 8 mars 2014, le gars ne bronchait plus. J’ai finalement compris que dans les « mapanes », l’acteur peut mourir dans son propre film !

Frank William BATCHOU à Yaoundé

Sur WorldRemit, votre premier transfert d’argent est GRATUIT avec le code  BATCHOU16 

Frank William Batchou

Jeune camerounais dynamique et travailleur. Homme à plusieurs casquettes : Journaliste, Blogueur, Social media, manager de l’artiste PAPY ANZA et co-founder de F Square Corporation

2 pensées sur “Chronique d’une semaine dans une maternité (3)

  • 14 avril 2017 à 18 h 52 min
    Permalink

    I do agree with all the ideas you have presented in your post. They’re really convincing and will certainly work. Still, the posts are very short for newbies. Could you please extend them a little from next time? Thanks for the post.

    Répondre
  • 16 mai 2017 à 19 h 43 min
    Permalink

    Whats up very cool web site!! Guy .. Beautiful .. Amazing .. I’ll bookmark your web site and take the feeds adintiodally?I am happy to search out so many helpful information here within the post, we need develop extra strategies in this regard, thanks for sharing. . . . . .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *