Comme au paradis

Le Cameroun est l’Afrique en miniature. Aussi bien sur le plan touristique, climatique, géographique, religieux, humain… Il ne suffit pas seulement de vous dire. Il faut le visiter pour le confirmer. Et l’occasion y sied parfaitement : le déroulement, en ce moment, de la 10ème édition de la coupe d’Afrique des nations de football féminin. Les matches se livrent dans les villes de Yaoundé dans la région du Centre et Limbé dans la région du Sud-ouest. Nos amphitryons sont arrivés au Cameroun pour la plupart par Douala ; ville dans laquelle, la majorité voulait absolument découvrir de près, la statue de la nouvelle liberté (qui est nous part de symbole comme la tour Eiffel à Paris ou la Statue de la Liberté à New-York) qualifiée de « joujou » du rond-point Deïdo par certains. Laquelle, 12m d’hauteur, a été bâtie entre 1996 et 2007 par le plasticien camerounais Joseph-Francis Sumégné. Malheureusement, les organisateurs du « njoka » ont trouvé idéale de la recouvrir à moitié.

 

 

 

 

 

 

 

Je suis donc obligé d’amener les hôtes dans le Sud-ouest durant cette CAN. Cette région est plus proche de la mienne. Avec 1500 ou 2000 Fcfa, tu es à Limbé partant de Douala. Avant d’atteindre la destination, le voyageur peut savourer les brochettes d’escargot rebaptisées ici « les kongo meat » avec un peu de vin de palme. Dans cette partie du Cameroun, vous pouvez visiter, entre deux matches de football, les différents sites touristiques existants. La #CanFem2016 se jouent aussi à ce niveau.

 « Le char des dieux »

Le touriste qui arrive dans le coin peut de faire l’ascension du mont Cameroun baptisé « le char des dieux » par des navigateurs portugais. Pour franchir au moins la moitié de ses 4100m comme des athlètes lors de la course de l’espoir, il faut une bonne forme physique. Avant tout, solliciter l’accompagnement d’un guide pour éviter de s’égarer sur le flanc du mont. Pendant cette escapade, il est possible de passer une nuit dans un des refuges qui jalonnent la piste. Durant le parcours, les amateurs de la faune et de la flore sont servis à profusion.

Le splendide palais du gouverneur

C’est un bâtiment éblouissant de l’époque coloniale qui se dresse majestueusement au pied du mont Cameroun. Il a été construit par le gouverneur allemand de l’époque : Von Puttkamer. Même si sa visite n’est pas autorisée au grand public, puisque c’est la résidence du Président de la République du Cameroun lors de ses visites dans la région, on peut toutefois l’admirer depuis la route. De temps à autres, il est noyé dans la brume. Cela n’enlève en rien sa beauté.

Lac Barombi : l’étang des 12 espèces

C’est un cratère très célèbre auprès des biologistes pour la présence, dans ses eaux, de 12 espèces de poissons endémiques. Sa célébrité repose également sur la présence d’espèces d’éponges d’eau douce dans le lac Barombi. Ce lac est très sacré pour la tribu Barombi Mbo parce qu’il est très lié à la vie culturelle et sociale de ce peuple. Les eaux de ce lac ne servent pas seulement pour la pêche, le transport et pour des rites, mais aussi comme eau salubre pour la ville de Kumba et ses environs. Un coin à visiter.

Parc National de Korup

Il s’étend sur 1260 Km². Considéré comme l’une des plus belles et vieilles forêts tropicales humides du monde, le Parc national de Korup regorge en son sein plus de 400 essences d’arbres et des plantes médicinales. Certains disent qu’on y a découvert une liane appelée Aucistraladus Korupensis qui aurait des effets positifs dans le traitement de certains cancers et contre le VIH. Ça reste à vérifier. Son aspect semblable un musée vieux de plus d’un million d’années conforte la vie de plus de 25% d’espèces de primates d’Afrique, de plus de 300 espèces d’oiseaux, 174 reptiles et amphibiens et 140 espèces de poissons dans les différents cours d’eau qui longent le parc. Aménagé comme une réserve de faune naturelle, le parc regorge aussi quelques éléphants, buffles, antilopes, léopards ou chimpanzés. Non loin de là, il y a le Centre de faune de Limbé à visiter

Gold club de Tiko : jouer comme un prince

C’est l’un des plus anciens parcours de golf du Cameroun. Il est à 20 min de Limbé (et bien moins de Buea). Le golf club de Tiko est très plat avec des fairway très dégagés et seulement quelques points d’eau, c’est un parcours qui se prête aux concours de haut niveau. C’est le terrain préféré des joueurs avec de faibles handicaps. Etre présent sur le site très tôt le matin, permet au visiteur de profiter au maximum de la fraîcheur qui y règne.

Le port (négrier) de Bimbia

Il est situé à un jet de pierre de la ville de Limbé. Ce port a vu embarquer plus d’un million d’Africains (bien loin du nombre parti de l’île de Gorée au Sénégal). C’est pourquoi, il est considéré comme l’un des plus grands ports de déportation d’esclaves sur les côtes de l’océan Atlantique pendant la traite négrière. Le parc regorge encore des vestiges de cette « barbarie humaine » appelée Traite négrière : les chaînes, les poteaux, un pont servant à la traversée des esclaves, une pirogue, etc. Il est mieux d’y aller pour faire corps avec l’émotion que dégage cet endroit.

Frank William Batchou

Sur WorldRemit, votre premier transfert d’argent est GRATUIT avec le code  BATCHOU16 

Frank William Batchou

Jeune camerounais dynamique et travailleur. Homme à plusieurs casquettes : Journaliste, Blogueur, Social media, manager de l’artiste PAPY ANZA et co-founder de F Square Corporation

Une pensée sur “Comme au paradis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *