La musique camerounaise est malade

Les messages véhiculés et la qualité des vidéogrammes qui frisent la pornographie, contribuent à détériorer davantage notre musique au quotidien.

La musique camerounaise est malade. Cette maladie prend des proportions inquiétantes. L’artiste est un messager qui devrait apporter sa contribution à l’édification de la nation. Mais chez nous, il excelle dans la production des œuvres dans lesquelles se côtoient déviances verbales et obscénité chorégraphique. Ces œuvres inondent et crèvent nos écrans téléviseurs à longueur de journées. Avant et après le journal, il n’y a que ça ! Durant les interludes ou entre deux programmes, c’est encore et toujours ça ! Des danses et chansons, tout aussi lubriques les unes que les autres. Tout se passe comme si les chorégraphes camerounais, voire africains, ne pensent qu’à ça ! J’ai scruté avec peine toute cette semaine les vidéo-clips des rythmes musicaux tels que l’Oriengo, le Ndombolo, le Tchoukoussa, le Mapouka, le Bobaraba, le Bikutsi, le Rap, le Rn’b, le Ben-skin, entre autres, et je n’ai vu que ça.

 

Lire aussi : Mutzig Star : des vainqueurs à la créativité stériles ?

Vous vous demandez sans doute que « ça » c’est quoi ? Eh bien ! « Ça » c’est les spectacles impensables et inimaginables pour un africain, que ces vidéo-clips nous servent. Ici, l’accent est toujours mis sur les mouvements de hanches et du postérieur. A cela, s’ajoute des vêtements laissant impudiquement transparaître les courbes gracieuses et généreuses du corps, et parfois des parties dites intimes des danseuses. Lesquelles ont un âge moyen oscillant entre 18 et 29 ans. Je vous assure et croyez-moi, la chute de leur hanche peut abjurer un prélat. C’est à peine si l’on ne se croirait pas dans une partie de strip-tease avec en prime, des gestes proches à des invites sexuelles. Hier, on se plaignait des formules : « la queue de ma chatte » de K-Tino, « le ventre et le bas ventre » de Lady Ponce. Aujourd’hui, on est obligé de subir, malgré les répressions, les « ça là prend cadeau », « ça là prend pour toi », « l’homme est l’homme quand ça se lève », « l’homme est l’homme quand c’est dure », « mouff, montre et je mets dedans », « tu manges mon argent et tu ne veux pas me donner le gésier ? », « j’ai envie de ça, ça me manque oh », « tout ce qui est fendu n’est pas défendu à ce qui est tendu » ! Désormais, les noms parlent d’eux même : Chatty la chatte, le démarreur, T(anus) Foé, Fifina la Tigresse. Excusez du peu. Dans le milieu artistique, l’on parle du côté sexy des danseuses africaines, la liberté d’expression et de créativité comme justificatif.

Il est vrai que le Cameroun s’est arrimé à la mondialisation. Mais, nos artistes ne doivent pas oublier que nous sommes africains. Qui dit africains parle de la probité morale d’un être avançant des propos et des gestes ne pouvant pas blesser la pudeur d’autrui. Les diffuseurs « radio et TV » doivent aussi s’assurer de la qualité des vidéos et audio avant toute diffusion. Sinon, imaginons les effets graves sur l’éducation de nos enfants et sur notre identité culturelle. De plus, ces danses et chansons peuvent aussi remettre en cause les vertus fondamentales de notre société. En attendant que chacun de nous prennent conscience, il est judicieux que les responsables en charge de la culture freinent cette gangrène qui avance à une vitesse faramineuse. Ainsi, nous pourrions retrouver ces belles mélodies et chorégraphies des années 80 et 90.

Frank William BATCHOU

Frank William Batchou

Jeune camerounais dynamique et travailleur. Homme à plusieurs casquettes : Journaliste, Blogueur, Social media, manager de l’artiste PAPY ANZA et co-founder de F Square Corporation

18 pensées sur “La musique camerounaise est malade

  • 6 avril 2017 à 12 h 23 min
    Permalink

    Le constat est claire Willy mais comment allons nous faire?Dans une societé où les gens marchent,pensent,agissent avec la politique du ventre. Beaucoup d‘artistes ne croyent pas en eux

    Répondre
  • 6 avril 2017 à 12 h 28 min
    Permalink

    Je dois avouer qu’en plus du problème de confiance en son talent (artiste), la population et les responsables en charge de la culture acceptent tout. Si la population qui est sensée consommer cette musique s’oppose à elle, si les responsables sanctionnent ce type de musique, et si nos amis des médias refusent de les diffuser parce qu’on a des enfants à éduquer, je crois qu’on aura moins de pornographie à tout bout de champ. Le culte de la facilité est en train de gagner du terrain et ce n’est pas « l’artiste » qui fera la différence. Et pourtant….

    Répondre
  • 6 avril 2017 à 16 h 31 min
    Permalink

    Franky Willy c’est vrai. Pourtant même ailleurs notamment aux USA elle est pire que celle-ci. J’en veux pour exemple, des stupépiants supposés interdits, mais qui s’exhibent dans la majorité des clips… Pourtant ça reste la musique, un art, une expression de soi qui rassemble ceux qui partagent ces valeurs. #Wecantsop

    Répondre
    • 6 avril 2017 à 16 h 31 min
      Permalink

      Exact frère. Nous ne sommes pas des moutons pour tout copier aveuglement. C’est peut-être leur culture mais pas la nôtre

      Répondre
    • 7 avril 2017 à 8 h 48 min
      Permalink

      Aller au champ c n est k au Cameroun k vs voyez sa ? N importe koi kan les occidentaux font vs vs assellez et regarde et acclamé Bush man

      Répondre
  • 7 avril 2017 à 8 h 55 min
    Permalink

    Attends mon frère si tu n’a rien à dire excuse avec ton post sur la musique camerounaise…si vous aller en Afrique de l’est vous comprendrez ici ce que vous appelez déviance c’est rien la bas…

    Répondre
    • 7 avril 2017 à 8 h 55 min
      Permalink

      Je gère d’abord la déviance qui est chez moi avant d’aller voir chez l’autre. Parce que le niveau est élevé en Afrique de l’est, il faut encourager celle qu’on a ici pour atteindre leur niveau alors. J’espère que tu es ou seras heureux de t’asseoir devant la TV avec tes gosses pour regarder et entendre ses grossièretés en toute quiétude et dans la joie sans soucis. Je n’ai rien à dire avec le post mais il vaut la peine d’y être. Un post de contradiction sera le bienvenu. Bonne journée !

      Répondre
  • 10 avril 2017 à 8 h 46 min
    Permalink

    très malade même je dirai

    Répondre
  • 10 avril 2017 à 10 h 57 min
    Permalink

    Belle chronique. Sinon, je constate que tu commences à t’adoucir un peu sur la forme de tes observations…que se passe t-elle? Comme disait un ivoirien…

    Répondre
    • 10 avril 2017 à 10 h 58 min
      Permalink

      On n’a pas la même forme tous les jours. Je reviendrai de plus belle dès que possible

      Répondre
  • 11 avril 2017 à 11 h 00 min
    Permalink

    La maladie là c’est le cancer en phase quasi terminale ^_^

    Répondre
    • 11 avril 2017 à 11 h 00 min
      Permalink

      Même l’opération chirurgicale ne sauvera pas ce malaise. J’ai peur pour nos gosses, si nous même ne sommes pas encore dans l’abîme ahahahaa

      Répondre
      • 11 avril 2017 à 11 h 12 min
        Permalink

        ça nous demande un gigantesque effort d’éducation… mais je pense que notre génération têtue est aussi très forte, suffisamment pour arriver à protéger les nôtres autant que possible ^_^

        Répondre
  • 14 avril 2017 à 19 h 12 min
    Permalink

    Thanx for the effort, keep up the good work Great work, I am going to start a small Blog Engine course work using your site I hope you enjoy blogging with the popular BlogEngine.net.Thethoughts you express are really awesome. Hope you will right some more posts.

    Répondre
  • 18 avril 2017 à 9 h 44 min
    Permalink

    Bon toi meme tu as alors dis que tu ne vois que ça !!! Cé lé piblik ki démandé !!!
    Quand tu es trop sérieux là tchiiééé c’est pas bon…
    On est trop stressé alors mieux vaut danser, et comme ce sont des rythmes endiablés mieux on s’endiable, et toi meme tu connais les déhanchements qui en découlent.

    Bon soyons sérieux meme là bàs c’est pareil (encore que c’est pire) au niveau des messages c’est carrément des messages sataniques quand ce ne sont pas les invoquations ou les mises en scènes invocatrices et non évocatrices

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *