Quand Tarzan trompait les « singes » aux chutes d’Ekom-Nkam

C’est ici que tu comprends que Tarzan vivait avec les animaux mais il n’était pas bête. C’est aujourd’hui que mes cousins ont compris ça dans #LesMapanes. Allons seulement !

La dernière fois, j’étais sur le versant ouest de ces chutes. Dans le village Mboué (Lire l’article ici). Ce jour, j’avais vu mes cousins du village Ekom à distance. Comme s’ils étaient atteints de la peste. Et pourtant ! Ce samedi 24 octobre 2015, j’ai décidé aller à leur rencontre. Contrairement aux gars des grands bureaux de Yaoundé, notre arrivée s’est faite sans son ni trompettes. Les groupes de danses et les corps constitués étaient absents. Même le matango (vin de raphia). Tout ça à cause d’un deuil, je ne sais qui, au village. Malgré tout ce qui s’est passé ici, je pleure toujours l’absence d’un bon verre de matango. Voilà pourquoi, il n’y avait presque pas de vigile en faction, à l’aller comme au retour, au niveau des barrières de pluie.

C’est aux environs de 8h30 que nous prenons la route. Direction Ekom. Un petit village situé au cœur de la forêt ; à la lisière de la région du Littoral. J’y suis allé cette fois en voiture. Pas à pieds pour une fois. Après trois heures de route, nous voici à Melong 2, dans le département du Moungo. 9 km de route cahoteuse parcourue et nous voici au cœur du village Ekom Nkam. Une plaque affichée à un boucaro indique que chaque visiteur doit débourser une somme de 2000 FCFA. Et 500 Fcfa de plus s’il est en possession d’un appareil photo. La deuxième plaque plantée dans le jardin et signé du chef du village attire l’attention des visiteurs sur l’interdiction des pratiques occultes dans son village (voir la photo). On vous connaît ! Négociations faites, place à la découverte.

La première visite nous mène en amont de la chute. Rien de spécial ici. Même si les uns et les autres se pressent à faire des photos, la véritable merveille se trouve en contrebas. Pour y arriver, il faut emprunter un escalier aménagé. Puis, traverser un pont. Au bout de 232 mètres de descentes, la fatigue se transforme en joie. Désolé pour ceux qui ont eu les vertiges et sont restés dans le bus.

Le silence ici est rompu par les cascades d’eau, les bruits de pas et le bavardage des visiteurs. Une épaisse brume blanche s’élève. Plus on avance, des fines gouttes d’eau arrosent les visages. En cette période de l’année, on peut apercevoir les deux chutes (mâle et femelle) qui mesurent 80m d’hauteur et 20m de profondeur.

Quand Tarzan trompait les « singes »

En arrivant ici, je savais que Tarzan était passé à Ekom Nkam. En 1982, Christophe Lambert (Tarzan) a tourné une partie du film « La légende de Tarzan ». Le gars se balançait sur les arbres ici avec son cri retentissant qu’on a connu au cinéma. Le site a été découvert par un cinéaste anglais en visite dans la zone. Le groupe a passé un mois de repérage avant le tournage. Seulement, le passage du « seigneur de la jungle » ici n’a rien apporté aux « singes » d’Ekom qui signifie « Formidable » en langue Mbô. Seuls quelques mapaneurs (ou villageois) ont bénéficié de quelques jetons pour le transport du matériel pendant le tournage. Et le village alors ? Rien ! Il en ait de même du tournage, sur le même site d’Ekom-Nkam, du film « Rugerio » réalisé par un groupe d’espagnol, d’un documentaire de la journaliste à la retraite Sally Messio et d’un court métrage « L’enfant perdu ».

Malgré tout cela, la route menant au site n’est pas bitumée. Le village n’est pas électrifié. Pas de réseau de téléphonie mobile. En 2015 ? Incroyable mais vrai ! Une vraie « cité perdue ». Pourtant, les chutes D’Ekom-Nkam font parties du circuit touristique du Cameroun depuis 1962. Petite déception, le guide était dans l’incapacité de me montrer la continuité de la « route des esclaves » visitée il y a quelques mois du côté de Mboué.

Frank William BATCHOU à Ekom-Nkam

Frank William Batchou

Jeune camerounais dynamique et travailleur. Homme à plusieurs casquettes : Journaliste, Blogueur, Social media, manager de l’artiste PAPY ANZA et co-founder de F Square Corporation

12 pensées sur “Quand Tarzan trompait les « singes » aux chutes d’Ekom-Nkam

  • 15 février 2017 à 12 h 24 min
    Permalink

    Splendide photo! Toute la force des chutes s’y dégage.

    Répondre
  • 15 février 2017 à 12 h 25 min
    Permalink

    Eh oui. Et dire que tous les jeunes de l’epoque croyaient vraiment

    Répondre
  • 15 février 2017 à 12 h 29 min
    Permalink

    @Frankywilly pourtant je passe devant le panneau indiquant les chutes au moins une fois le mois en allant a l’Ouest

    Répondre
  • 15 février 2017 à 12 h 36 min
    Permalink

    raison pourlaquelle je te respecte beaucoup. culturelement parlant tu est un maillon sur et fort

    Répondre
  • 15 février 2017 à 12 h 39 min
    Permalink

    Prochainement je t accompagnerai dans tes mapanes.

    Répondre
  • 15 février 2017 à 12 h 40 min
    Permalink

    Enfile juste tes pottes poto. C’est vraiment très compliqué mes #Mapanes

    Répondre
  • 14 avril 2017 à 19 h 12 min
    Permalink

    A person essentially assist to make significantly posts I might state. This is the first time I frequented your website page and thus far? I surprised with the analysis you made to make this particular post amazing. Fantastic job!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *